100 kms , le chiffre sonne tout rond , sympa attrayant et convivial, soit !!

 

100 kms avec Maurice Thépaut, mais ne vous trompez pas , la vedette c’est Maurice, pour le suiveur il y a le vélo avec comme préoccupation «  la selle » , bref passons aux festivités.

Départ à 5 heures du mat de Cléder pour les coureurs et du 12 kms pour les suiveurs  ( château de Kermenguy) et roule, plus tôt court, une belle allure, on est a 12 km/h. Au chateau donc passe le groupe des premiers avec Bertone et Jeanne et en 9 ime position Maurice, le ciel est incertain dans cette première partie de 25 kms avec des bénévoles à tous les carrefours et un ravito tous les 5kms, celui avant Cléder nous rappelle le match du soir remorque et encadrement avec terrain de foot et drapeau , comme quoi le foot et la course a pied !!, et la caravane passe.................

Au premier passage sur la ligne 25 kms pour Maurice, une petite pensée pour Ronan (qui coure) et serge ( qui suit), qui nous suivent sur le circuit, vient ensuite la deuxième boucle vers le bord de mer, autant les premiers 25 kms sont plus monotone , ceux ci rappelle la réalité de la cote bretonne, du nord-Finistère, sauvage et bosselée, une succession de montées et descentes, mais pour la vue il faudra attendre le 2ime tour, le plafond est bas et la vue bouchée, mais Maurice est au top .

Pour ceux qui pensent que 100 kms à petite allure c’est monotone, c’est comme une ……..récup a vélo le dimanche matin , simplement un peu plus long......innocent Si le paysage de la première partie , laisse la part belle aux cultures de cette zone légumière les champs d’échalotes , d’artichauts et les cultures de salade se succède, dans la seconde partie le trait de cote est plus présent, même si cette année le parcours évite la plage (dommage), viendra ensuite un passage par le manoir de Kérouzéré, d’ailleurs le parcours passe devant 4 demeures remarquable de la zone le château de Château de Kergonadeach, celui de Kermenguy, Kerouzéré et Tronjoly.

La construction du château de Kérouzéré débute en 1425 sur l'ordre de Jean de Kérouzéré, alors chambellan du Duc Jean V de Bretagne. La construction s'achèvera en 1458, tandis que Jean de Kérouzéré décèdera peu après, en 1460. La forteresse comporte alors 4 tours d'angles reliées entre elles par des courtines munies de créneaux et de machicoulis, l'entrée se fait par le pont-levis au Nord, permettant le franchissement de douves en eau. Le site choisi pour la construction est celui de l'ancienne place forte du XIVème siècle où s'élevait déjà un donjon. En 1590, le château est assiégé par les ligueurs, les seigneurs de Kérouzéré ayant pris le parti du roi de France Henri IV. Après le siège, le château est en parti démantelé, il perdra sa tour Sud Ouest et la courtine Sud. Henri IV le fera remettre en état peu après pour remercier les seigneurs de Kérouzéré de leur soutient. Les douves seront comblées au début du XVIIème siècle. Du XVème siècle jusqu'à nos jours, le château est passé aux mains de plusieurs familles, Des Kérouzéré aux Kérimel à la mort de Jéhan III de Kérouzéré en 1518 et grâce au mariage de l'héritière Marie de Kérouzéré avec Jéhan de Kérimel. Puis aux Boiséon qui en auront la propriété jusqu'en 1682, avant le rachat du château par Yves de Poulpry, alors Sénéchal du Léon, qui le cédera lui-même aux Bréhant en 1714, et ainsi de suite. Le château de Kérouzéré est classé monument historique en 1883

 

 

Parcours et profil des 100 kms ( il manque les 12 premiers(accompagnant a vélos a partir du 12)

 

Et voilà une premiere boucle de 50 kms de faite , non sans mal douche et le vent tout le long de cette seconde partie, mais voyons l’avantage il ne fait pas froid et çà hydrate, et puis c’est bon pour le teint…. !!! 

Au fil du parcours l’ on dépasse et l'on se fait passer par les coureurs, nous remontrons jusqu a la cinquième place ….Hé Hé !!!  et tout au long du circuit,  les menhirs nous rappelle que nous sommes sur une terre de semi ( les pierres poussent) ….lol, entre le 42 et 45 kms nous passons pas loin du menhir de Kergallec ( Ce Menhir (mot breton signifiant « pierre dressée ») est situé dans un champ, non loin du Port de Kerfissien. Il est haut de 2 mètres environ. Les mégalithes sont une trace de la période néolithique. La légende veut que tous les 99 ans, les korrigans (petits lutins farceurs dans la tradition celtique), par une nuit de pleine lune, sortent de dessous le menhir et laissent leur trésor à portée de main.)

Mais pour nous pas de trésor sinon que nous retrouvons le soleil et repassons à Kermenguy et ses cabanes , d’ailleurs cela fait longtemps que Maurice est dans sa bulle ( bulle cabane bulle (cliquez ici)…..!!),

A rouler à son coté j’arrive à deviner ( soyons modeste) quand la foulée devient incertaine, la semelle frappe plus fort le bitume et l’allure s’en ressent, une petite heure,  nous descendons a 10 kms, mais cela ne dura pas et après un changement de tee shirt cela repart à 12 kms et voilà le second passage à Cléder, autant il y a des ravitos tous les 5 kms autant Maurice est un vrai «  chameau » , plus tôt sobre et ne mange rien , et sur cette seconde partie les «  petites bosses » laissent leurs empreintes , çà tape dans les montées , mais çà passe, d’ailleurs le soleil viendra éclairer ce dernier passage , comme pour rendre hommage aux coureurs et à cette cote Bretonne, ne dit dont pas que chez nous il fait beau plusieurs fois par jour, ……..et à l’approche de la ligne des nouvelles de Ronan qui a des "adducteurs de feux"  et qui explose sa joie de courir sous la conduite de Serge qui le pousse a ne rien lâcher.

Avec un parcours en 10h 36 20 pour Ronan et 8h 52 10 pour Maurice , nos 2 camarades d’Humblezh clôturent avec succès leur édition 2016 des 100kms, avec au final un superbe cagot de produit du Léon pour tous les coureurs.

Bravo les gars et pour reprendre l’expression favorite de notre président adoré des «  vrai chien de talus ».

Alors rendez vous en 2017 pour le France des 100 kms !!!!!!

 

 

Maurice Thépaut Thépaut 8 en 8h52 10 et Ronan Arzel 30 en 10h 36 20

album d l'ECUM - Autre Album
 

 

site des 100 kms de Cléder Page Facebook de L'ecum

 

extrait du telegramme

À quelques heures du départ de la 5e édition des 100 km de Cléder, « Entre terre et mer », la lutte s'annonce belle entre le Normand, Mickaël Jeanne, et l'Italien, Sylvio Bertone. Mickaël Jeanne fut le premier vainqueur des 100 km de Cléder nouvelle version en 2012, avec un temps de 7 h 26. Le Normand de Saint-James a récidivé, en 2013, avec un chrono de 7 h 27. Vainqueur à deux reprises, il est détrôné, en 2014, par un Italien, Sylvio Bertone. Demeurant à Turin, il bat le record de l'épreuve en 2014 avec un temps de 7 h 13. Il revient en 2015 avec, cette fois, un temps de 7 h 20. « Le temps dépend bien sûr de la forme du coureur mais aussi de la météo ». De fortes chaleurs ou un temps froid et pluvieux gênent les « Centbornards », commente Corine Velly, présidente de l'Ecum, association organisatrice des 100 km. La belle dimanche Avec deux victoires chacun, la belle se jouera dimanche avec un départ du 100 km, à 5 h du matin. L'arrivée devrait se dérouler vers 11 h. « À moins, commente Christian Velly, secrétaire, qu'un autre coureur ne vienne s'imposer. Car, parmi les 150 inscrits, il y a quelques jours sur le 100 km, figurait le nom d'un Allemand, Ludwig Heiko, de Karlsruche, dont on annonce un temps de 6 h 33. Mais, les temps peuvent changer selon les difficultés du parcours. Chez les femmes, Gaëlle Lozahic devrait se trouver dans les premières.